Fenouil rôti au jambon et à la burrata

Plat de fenouil rôti avec du jambon et de la burrata sur le dessus

La flemme fait parfois faire de belles choses, comme ce plat de fenouil rôti au jambon et à la burrata.
En effet, j’ai eu envie de préparer du fenouil comme des endives au jambon et à la béchamel, à un moment où j’étais trop fatiguée pour préparer une béchamel.
J’ai donc détourné la recette en cuisant des tranches de fenouil au four, avec du jambon blanc en fin de cuisson pour lui donner du croquant, et en ajoutant au moment du service de la burrata bien fraîche pour ajouter du crémeux au plat.
Réussite totale et effet waouh ! sur les réseaux sociaux.
J’ai donc refait le plat en calibrant la recette pour pouvoir la publier. Bonne nouvelle, c’était aussi bon la deuxième fois que la première.

Voilà donc pour vous la recette de ces cassolettes de fenouil rôti au jambon et à la burrata, à servir comme entrée chaude. Pour un plat principal, on peut augmenter les portions et accompagner de polenta.

(suite…)

Biscotti aux noisettes et à la farine de châtaigne

Biscotti aux noisettes et à la farine de châtaigne posés sur une assiette aux bords marron, sur une nappe à motifs fleuris bleue et rose.

Il fallait absolument que je partage avec vous cette recette de biscotti aux noisettes et à la farine de châtaigne : toutes mes collègues se sont consciencieusement resservies le jour où je les ai apportés au bureau. Ce sont des biscuits secs, parfaits pour tremper dans un thé ou un café. En Toscane, la version locale, les cantucci, se sert avec du vin santo.

Pour tout vous dire, cette semaine, j’ai eu envie de partager un petit truc sympa avec mes collègues. Je me suis décidée à pâtisser à 21 h passées et j’ai donc préparé ces biscuits un peu tard, avec ce qu’il y avait dans mes placards, sur le modèle des biscotti italiens. On prépare des pâtons qu’on cuit une première fois au four, puis on coupe des tranches qu’on repasse au four et on obtient donc des gâteaux cuits deux fois, des bis-cuits, donc.

Traditionnellement on fait les biscotti avec des amandes entières, comme je n’en avais pas, j’ai utilisé des noisettes et un peu de farine de châtaigne que j’avais dans un bocal. J’ai mis moins de sucre que la version classique, parce que la farine de châtaigne est déjà assez sucrée.

(suite…)

Pastis landais pour le World Bread Day

Part de pastis landais posé sur une assiette à dessert, à l'arrière-plan, le reste du gâteau brioché, posé sur un torchon

Aujourd’hui c’est le World Bread Day !

Comme tous les ans, depuis trèèèès longtemps, Zorra organise l’évènement et je participe aujourd’hui avec un pastis landais. OK, c’est plus une brioche qu’un pain, mais c’est tout de même une pâte levée, toute pleine de vanille, de rhum et de fleur d’oranger.

Au cas où vous ne connaîtriez pas, c’est une brioche originaire du Sud-Ouest, qu’on appelle aussi pastis bourrit, du latin pasticium. Ça vous dit quelque chose ? Ça veut dire gâteau, et de ce mot latin est dérivé notre français « pâtisserie »

La pâte est plus dense qu’une brioche parisienne, et on décore le pastis landais avec du sucre en grain.

Si vous avez un robot pétrin, la recette est facile à faire, en revanche, à la main, c’est beaucoup plus compliqué : la pâte est assez liquide, et il faut un bon coup de main et pas mal d’expérience pour la pétrir correctement.

Je pensais à en faire depuis un moment, et l’actualité internationale et française est tellement déprimante cette semaine que j’ai décidé vendredi de faire un gâteau doudou pour penser à autre chose.

Sauf que… il y a des tas de recettes sur Internet et pas une pour ressembler à l’autre. Je me suis inspirée de celle-là, d’une part parce que les proportions me semblaient correctes, d’autre part je trouvais rigolo qu’un camping publie une recette de cuisine.

Foreign readers, please find the english text below

(suite…)

Chutney de pêches blanches

Pots de chutneys de pêche blanche

L’été n’est pas encore tout à fait fini, et on trouve encore des pêches blanches sur les états. C’est le moment de réaliser ce chutney de pêches blanches.
D’habitude, le chutney de pêches se fait plutôt avec des pêches jaunes, mais je trouve les pêches blanches plus parfumées, et leur acidité fait merveille dans ce chutney.
Le chutney de pêches blanches accompagne très bien la charcuterie mais aussi les fromages type cheddar ou tomme de brebis.

(suite…)

Liqueur de rose  croate – Rozulin

Liqueur de rose dans un verre à liqueur, avecen arrière-plan  une rose et des biscuits dans une assiette

Ma mère a environ 70 rosiers dans son jardin, et cet été, j’ai eu envie de faire de la liqueur de rose avec ses roses les plus parfumées.
Je me suis rappelée qu’en Croatie, on fait du Rozulin, une liqueur de rose qu’on laisse macérer au soleil de l’été. J’ai voulu reproduire la même chose. Victoire ! Ma liqueur de rose à le même goût que le Rozulin croate.
Voici donc le résultat après 50 jours de macération, une bouteille de liqueur de rose d’une jolie couleur, délicatement parfumée… et sacrément forte en alcool.
Pour la déguster, choisissez la modération, et faites comme les dames du siècle dernier, et buvez juste « un doigt de liqueur » à la fin du repas.

Pour faire ma liqueur, j’ai cherché un peu sur le net, et je suis tombée sur cette recette. Je l’ai un peu modifiée : j’ai mis nettement moins de sucre et comme mon contenant faisait juste un litre, j’ai adapté les quantités. En Croatie, on utilise l’eau-de-vie locale, la Rakija, pour faire des liqueurs. J’ai utilisé ce qu’on trouve le plus facilement en France pour faire de la liqueur, à savoir de l’alcool pour fruits.
Sinon, j’ai scrupuleusement suivi le modus operandi, qui me laisse un peu perplexe : quelle est l’utilité du soleil dans cette recette ? Si on met du sucre et des fruits au soleil cela va provoquer une fermentation alcoolique. Mais dans cette recette, on met de l’alcool dès le début, au contraire de ce qui est expliqué dans le premier lien de mon article (en français) sur l’histoire du Rozulin en Croatie.
Je suppose que la chaleur du soleil va augmenter le degré d’alcool, mais sans certitude. Si quelqu’un a une explication scientifique, je suis preneuse.

Traditionnellement, on recommande la rose de Damas, très parfumée, pour réaliser des préparation culinaires (confiture, sirop, etc.) ou comme les Croates, Rosa centifolia pour faire cette liqueur. Il n’y a aucun de ces rosiers dans le jardin de ma mère, donc je suis allée consciencieusement sentir les roses et j’ai choisie les plus odorantes.

Vous trouverez deux recettes sur mon blog utilisant de la liqueur de rose : cette tarte, qui est à tomber, et ce gâteau, beaucoup plus sophistiqué. Vous pouvez l’utiliser dans un sirop de sucre, pour agrémenter un dessert à base de fraises ou de rhubarbe.

(suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer