Fallue normande : notre galette des rois à nous !

fallue coupée

Pour l’Épiphanie, je vous propose une recette 100% normande, la fallue. Son nom vient du mot « falle » qui veut dire estomac en patois normand. On l’écrit parfois falue, les deux orthographes sont correctes.
Il s’agit d’une pâte levée agrémentée de beurre et de sucre, traditionnellement servie avec de la teurgoule dans les assemblées campagnardes mais aussi à l’occasion de la fête des Rois.
On la façonne en une longue brioche ovale, assez plate, et incisée sur tout le pourtour.

Quand j’étais enfant, à la cantine de mon école primaire, on nous servait de la fallue une année sur deux pour l’Épiphanie, et l’autre année c’était la galette feuilletée à la frangipane que tout le monde connaît.
À l’époque, je n’aimais pas la fallue, que je trouvais sèche et pas assez sucrée. Maintenant c’est le contraire, c’est la galette des rois qui ne passe plus, trop grasse, trop lourde, trop sucrée. Comme quoi…
Je vous conseille de manger la fallue tiède, peu de temps après l’avoir sortie du four, avec de la confiture. N’oubliez pas de mettre une fève à l’intérieur si vous la servez pour les rois ! (suite…)

Gâteau au cidre et aux pommes de la nouvelle accouchée

Gâteau au cidre et aux pommes

Ce billet est programmé : je suis en vacances à quelques milliers de km d’ici  et complètement déconnectée, c’est pourquoi vous ne pouvez laisser de commentaire d’ici mon retour. Malgré ça, j’espère que cette recette vous plaira.

J’ai fait ce gâteau, comme le cake publié récemment pour requinquer une amie devenue maman récemment et qui a eu un accouchement difficile.
J’ai donc utilisé des amandes, des pommes et pas mal de sucre pour obtenir un gâteau bourré d’énergie pour remonter une personne fatiguée.
Vous allez dire « mais elle est folle, un gâteau plein d’alcool pour une nouvelle accouchée ! » Minute Papillon ! L’alcool disparaît à la cuisson, il n’y en a plus aucune trace dans le résultat final. (suite…)

Osso buco normand, au cidre et à la crème crue

J’ai mitonné ce plat pour ne pas perdre une bouteille d’un excellent cidre brut, normand, qui commençait à s’éventer.
Comme je suis normande, j’ai bien entendu ajouté de la crème crue à la sauce et c’était divin ! ça change de l’Osso buco traditionnel et ça donne un bon plat réconfortant quand il fait froid et moche.

Si vous êtes amateur, n’oubliez pas de manger la moelle  de l’osso buco sur une tartine, avec un peu de gros sel. (suite…)

Ma tarte de gonzesse à l’andouille de Vire, pomme et camembert

Oui, oui vous avez bien lu, c’est une tarte de gonzesse, et 100% normande en plus !
Pour tout vous raconter, le (la?) community manager du site Marabout cuisine a posté sur Twitter une recette à base d’andouille en disant « Après les recettes NYC et les pâtisseries au Nutella, on veut un truc d’hommes, un vrai (with Andouille inside) » et j’ai répondu en déconnant « par rapport à ma tarte à l’andouille de Vire et au camembert, c’est un truc de gonzesse, cette R7« .
Donc me voilà à  poster ma recette histoire de continuer à rigoler avec @Maraboutcuisine et en réfléchissant, mon côté féministe a (re)pris le dessus : après tout, pourquoi diable une fille ne devrait-elle  poster que des trucs roses et/ou sucrés ? Voilà pourquoi ma tarte est une tarte de gonzesse ! 😉

(suite…)

Guernsey gâche mélée

Quand je suis tombée sur cette recette sur le blog de Kinou, j’ai eu immédiatement envie de la faire, d’une part parce que la recette est hyper simple et d’autre part, le fait qu’il s’agisse d’une recette traditionnelle anglo-normande a titillé mes racines normandes.

On mélange tout à la cuiller, y compris le beurre en morceaux, sans chercher à faire une pâte homogène c’est vraiment facile et rapide à faire.
La recette traditionnelle de Guernesey demande de la graisse de rognon de porc…  Un peu dur à trouver en France, le beurre fera très bien l’affaire 🙂

(suite…)

Aiguillettes de canard au pommeau et à la crème

Une petite recette d’inspiration normande, pas bien compliquée, hormis la maîtrise du temps de cuisson pour les aiguillettes de canard. C’est pour cela que je les roulées en spirale sur des piques : ce n’est pas une fantaisie de photographe, il s’agit d’assurer une cuisson un peu croustillante sur l’extérieur  tout en gardant la viande rosée à cœur. Le temps de cuisson est calculé en tenant compte du repos de la viande et du réchauffage dans la sauce

Le pommeau est un apéritif à base de pommes, beaucoup plus doux que le calvados. Je l’ai utilisé parce que je n’avais pas de calva ce qui donne une sauce assez douce. Pour une saveur plus tonique, n’hésitez pas à utiliser le calva.

Les gâteaux de pommes sont construits sur le modèle de la tarte Tatin, à savoir une cuisson au four avec beaucoup, beaucoup de beurre. Ne pas diminuer la quantité de beurre, sinon les pommes seront sèches et auront le goût d’une tarte aux pommes ratée, ce qui serait dommage. (suite…)

Teurgoule made in Normandie

teurgoule1 © cocineraloca.fr

Après la blanquette à la normande, voici la teurgoule, notre riz au lait local. Cuite longuement à four très doux, elle cache sous sa croûte une couche épaisse et crèmeuse qui rappelle la confiture de lait, en nettement moins sucré, et tout au fond, un riz moelleux parfumé à la cannelle.
Ce dessert peut être la meilleure comme la pire des choses : bourratif et sec si on ne respecte pas les proportions et la température de cuisson : vous voilà prévenus ! La teurgoule fait aussi partie des plats « moches mais bons » : la photo du plat entamé n’est pas là pour vous faire peur, mais pour vous donner une idée de ce qui se cache sous la croûte ! 🙂
On préparait la Teurgoule pour les grandes occasions, et donc en grande quantités. Le plat à Teurgoule est un grand saladier de grès aux bords évasés, munie d’un bec verseur qui servait à l’origine à récupérer la crème du lait, qui remontait à la surface naturellement. La troisième photo de ce billet est là pour vous montrer ce que c’est. A défaut, utiliser un grand saladier en faïence ou en terre cuite, qui passe au four. (suite…)

Comme une blanquette de veau à la normande

blanquette à la normande © cocineraloca.fr

Autant je déteste le mot tuerie qu’on retrouve sur trop de blogs, autant j’adore l’expression « comme un/une » qui fleurit sur les menus des grands chefs : cela permet toutes les variations sur le répertoire de la cuisine classique française, sans se faire incendier pour crime de lèse-gastronomie.
Je vous propose donc ce « Comme une blanquette de veau à la normande », qui est la façon commune de préparer la blanquette en Normandie. Pas de viande bien blanche pochée dans un liquide, pas de champignons, pas de riz pour accompagner, mais des pommes de terre, donc rien à voir avec ce qu’on trouve au menu des brasseries. A mon goût, la préparation normande est nettement meilleure ! Je propose aux puristes d’intituler cette recette « Sauté de veau à la crème » et aux autres simplement de se régaler. 😉 (suite…)

La beauté cachée de Lady Laid…. (photogénie du camembert)

pommefarcie©cocineraloca.fr

Je vous avais promis des recettes à base de camembert. Problème, le fromage, ça fond, et ça n’est pas très sexy à l’image, tout ce camembert qui coule de la pomme de terre. J’ai donc hésité à vous présenter ce plat, délicieux certes, mais à première vue aussi glamour qu’un évier rempli de vaisselle sale.
Mais si on commence par dévorer un plat des yeux, ce sont les papilles qui jugent in fine du plaisir gustatif. Donc, voici un plat beau de l’intérieur, moelleux, goûtu, crémeux, voluptueux et sensuel, j’ai nommé : Pomme de terre farcie au camembert et à l’andouille de Vire ! (sous titre : Erotisme culinaire, méfiez-vous des apparences)

Donc compter pour chaque gourmand présent autour de la table (les plaisirs solitaires sont envisageables aussi) :
1 belle pomme de terre à chair farineuse (Bintje ou équivalent)
2 portions de camembert au lait cru
1 tranche d’andouille de Vire
1 cuillerée à soupe de crème crue d’Isigny
1 cuillerée à café de moutarde de Dijon (j’aime bien la Maille)
sel, poivre.

Compter environ 1h + 10 min de cuisson.
Préparation : 15 min (suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer