Je voulais initialement présenter cette recette pour un concours de cuisine, mais j’ai dû renoncer pour des tas de raisons compliquées à expliquer ici.
La finale du concours devait se dérouler en Corée et j’ai imaginé ce plat à partir des ingrédients que j’aurais pu trouver là-bas si j’avais été finaliste, en les mélangeant avec ma culture méditerranéenne.

J’ai tout de même mis mon idée à exécution pour voir ce que ça donnait transposé au réel.
Je n’ai pas été déçue du voyage, c’est super bon même si ma recette n’ira jamais en Corée !

Je suis assez mécontente de mes photos et de la présentation, mais pas du plat, j’ai vraiment adoré !

Il y a des recettes qui se méritent, celle-ci en fait partie : il faut en effet vider, parer et nettoyer les calamars, et ça prend du temps.
Si l’aventure vous rebute, vous pouvez acheter des poches de calamars toutes  prêtes chez le poissonnier ou  alors surgelées mais dans ce cas, il faudra compter une poche de plus pour faire la farce.

Ingrédients pour 2 gros mangeurs ou 4 petits
2 beaux calamars
Farce :
Les parures des calamars (ailerons et tentacules)
Les parures d’1 patate douce
1 morceau de pain de 4/5 cm de long
1 oignon
1/4 poivron rouge
1 petit piment rouge
3-4 tiges de ciboule émincées
2 gousses d’ail
1 oeuf
1 morceau de gingembre d’1 cm
1 cuiller à café de sucre
2 cuillers à café de sauce soja
Huile de tournesol ou colza
Fond de cuisson :
2 cuiller à soupe de sauce soja
½ cm de gingembre haché
1 gousse d’ail hachée
1 cuiller à café de sucre
Eau (environ 4 cuillers à soupe)
Accompagnement :
1 patate douce d’environ 400g coupée en dés
1 poivron coupé en dés et cuit à la vapeur
1 demi  concombre pelé et coupé en dés
2/3 tiges de ciboule émincées pour décorer

Réalisation
Préparer le fond de cuisson : mélanger la sauce soja, le sucre, le gingembre et l’ail. Ajouter l’eau, mélanger et réserver.
Peler la patate douce, la laver et la couper en cubes. Garder les parures. Placer les cubes dans un bol d’eau froide pour les empêcher de noircir. Cuire les parures dans un fond d’eau (pas besoin de saler). Réserver.
Dans une poêle ou un wok, faire fondre l’oignon émincé à feu doux dans un peu d’huile, ajouter le gingembre et l’ail haché puis la ciboule émincée, le piment émincé et le poivron coupé en petits dés. Faire revenir encore 3-4 min. Ajouter les parures de calamar coupées en dés et faire cuire en remuant environ 2 min : les calamars sont cuits quand ils sont passés d’un blanc translucide à un blanc mat. Retirer immédiatement du feu. Ajouter la sauce soja et le sucre
Placer la farce dans un mixeur et hacher grossièrement. Ajouter le pain coupé en morceaux, l’œuf et les parures de patate douce égouttées. Hacher à nouveau. Farcir les poches de calamar en tassant vers le fond avec le manche d’une cuiller en bois. Ne pas remplir à ras-bord, la farce a tendance à éclater à la cuisson. Fermer les poches avec deux piques en bois piquées en croisillons.

Préchauffer le four à 200°C.
Huiler le plat de cuisson, y disposer les calamars farcis tête bêche. Verser le fond de cuisson par-dessus. Égoutter les dés de patate douce, les placer dans un plat à four légèrement huilé. Enfourner les deux plats pour 1h de cuisson. Retourner les calamars à mi-cuisson, procéder de même avec la patate douce.

Laisser reposer les calamars 5 min avant de les découper en rondelles avec un couteau-scie. Servir avec la sauce de cuisson, quelques dés de patate douce, le poivron et le concombre. Décorer avec de la ciboule.

J’ai servi uniquement avec quelques dés de patate douce, parce que la farce en contient déjà ainsi que du pain. Si vous avez un bon coup de fourchette, cuisez une autre patate douce en dés ou accompagnez d’un peu de riz.

Je n’ai rien salé en raison de la présence de sauce soja. Je trouve que la patate douce se suffit à elle-même et ne nécessite pas d’adjonction de sel. J’ai congelé une partie des calamars, et réchauffé ensuite à feu doux et c’était toujours très bon, même après le passage au congélo.

Si vous n’avez jamais nettoyé de calamars, ici , la marche à suivre. Rien de bien compliqué mais c’est salissant, donc on travaille dans l’évier, avec un grand tablier

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer