Puisque dans deux jours, ça sera mardi gras, voici ma recette des firifiri, des beignets qu’on mange à Tahiti au petit déjeuner, avec le café, en général le dimanche.
On les trouve façonnés en forme de huit comme sur ma photo, ou ronds avec un trou au milieu, ou alors en bâtons torsadés. À vous de choisir la forme qui vous convient.

Attention ma recette est totalement inauthentique : je n’ai pas pu obtenir de recette « maison » et celles qu’on trouve sur internet sont infaisables avec les proportions proposées. On obtient soit de la soupe, soit du béton. J’ai donc créé ma recette de toutes pièces en mixant un peu ce que j’ai trouvé sur le net mais avec un rapport farine/liquide qui tient la route, la preuve en images 😉

Ingrédients pour 15 firifiri de la taille d’une main
300 g de farine
100 ml de lait de coco
95 ml d’eau de coco
40 g de sucre
10 g de levure fraîche de boulangerie
1 pincée de sel
Huile pour la friture
Sucre en poudre pour saupoudrer les beignets

Réalisation
Préparation du levain : délayer la levure dans un grand bol avec 60ml d’eau de coco et incorporer 100g de farine. Mélanger pour faire une pâte, couvrir d’un papier film et laisser lever jusqu’à ce que la pâte double de volume. Compter 1h à 1h30, suivant la température ambiante. Dans un grand saladier, mélanger la farine restante, le sucre et le sel, ajouter le levain, le restant d’eau de coco et le lait de coco, et pétrir environ 10 minutes. La pâte est un peu collante. On peut réaliser cette opération dans un robot pétrin ou à la machine à pain, pour plus de facilité. Couvrir à nouveau d’un papier film et laisser doubler de volume. Compter encore 1h à 1h30, suivant la température ambiante. On peut également mettre la pâte dans un sac congélation et la laisser lever au froid au frigo (compter alors environ 8 heures de levée, idéalement le soir pour le lendemain matin), la pâte froide sera plus facile à détailler et à modeler en forme de beignet.
Au bout de ce temps, rabattre la pâte pour chasser l’air et détailler en 15 parts. La pâte est un peu collante, l’opération sera plus facile si on se farine les mains.
Pour façonner les huit : rouler chaque part en boule, et faire un trou au milieu avec le manche d’une cuiller de bois. Faire tourner la pâte autour du manche pour élargir progressivement le trou : attention aux chutes! On doit obtenir un morceau de pâte ovale, assez fin, compte-tenu de la dernière levée de la pâte, qui va doubler de volume. Torsader le cercle de pâte pour former un huit. Poser chaque huit sur une plaque chemisée de papier cuisson, recouvrir d’un torchon et laisser encore lever jusqu’à ce que les beignets doublent de volume.
Faire chauffer l’huile de friture et frire les beignets en les retournant à mi-cuisson. Les égoutter sur du papier absorbant.
Prendre un grand sac congélation, mettre 3 à 4 cuillerées à soupe de sucre dedans, ajouter les beignets encore chauds, refermer le sac en faisant un nœud et bien secouer pour répartir le sucre uniformément sur les firifiri. Servir sans attendre !

Sans sucre, je les trouve nettement moins sexy !

 

Je n’ai pas mis beaucoup de sucre dans la pâte, parce que j’ai roulé les firifiri dans le sucre après cuisson. On peut aussi les manger sans sucre ajouté après cuisson, dans ce cas, il faudra augmenter un peu la quantité de sucre dans la pâte.

Certaines  recettes sont faites avec  seulement de l’eau, d’autres avec de l’eau de coco et d’autres encore avec du lait de coco. L’eau de coco est très parfumée, mais donne des beignets un peu secs tandis que le lait de coco donne des beignets moelleux, mais pas très parfumés. J’ai donc fait un mélange des deux.
La pâte se fait en trois levées  ce qui donnera des beignets bien levés et moelleux, mais il faut en tenir compte pour le temps de réalisation de la recette.

Il n’y a pas d’œufs dans la pâte à beignets, ce qui devrait faire le bonheur des allergiques

On trouve deux graphies pour le mot : firi firi ou comme je l’ai écrit firifiri. J’ai suivi ce qui était indiqué par le dictionnaire de l’académie tahitienne.

Un dernier détail : les firifiri tahitiens sont beaucoup, beaucoup plus gros que les miens, mais comme je n’ai qu’un (petit) wok pour frire mes beignets, j’ai adapté la taille à mon ustensile de cuisson.

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer