Vakalavalava ©cocineraloca.fr

Voici la dernière recette  des Iles Fidji que j’ai faite pour le tour du monde en 232 recettes de Mamzelle Gwen

Les sites fidjiens proposent de servir ce gâteau au petit déjeuner ou au goûter. Pour le mériter, je vous propose de dire le nom fidjien plusieurs fois de suite, et de plus en plus vite 🙂
J’ai trouvé ce dessert génial ! Dégusté à la sortie du four, le gâteau est légèrement caramélisé sur l’extérieur, et tout moelleux au milieu, sa texture rappelle celle des cannelés bordelais. Avec un petit café un peu amer, c’est très chouette.
Je l’ai goûté à nouveau froid, c’est pas mal, mais je préfère tiède ou chaud.
J’ai vu une version qui préconise d’imbiber le gâteau de lait concentré sucré à la sortie du four. Je ne l’ai pas fait, et je ne le regrette pas, j’ai trouvé que tel quel c’est déjà un peu trop sucré à mon goût. Les habitués du po’e polynésien trouveront un air de famille à ce gâteau, avec un petit côté croustillant bien sympa.

J’imagine que quand on prend la peine d’éplucher et de râper un manioc et celle de casser des noix de coco pour faire du lait, c’est bien meilleur, mais cela doit être bien long.
Je vous propose donc la recette vite fait à base de surgelés et de lait de coco en boîte. Si vous n’avez pas de supérette asiatique pour vous fournir en manioc surgelé râpé, vous trouverez du manioc frais au rayon légumes exotiques de n’importe quel supermarché. Mais il vous faudra alors éplucher et râper la chose.

Ingrédients :
500g de manioc râpé
150g de lait de coco (1 petit bol)
100g de sucre roux
beurre pour le moule

Réalisation :
Préchauffer le four à 180°C. Beurrer un moule à gâteau de 22 cm de diamètre. Dans un saladier, mélanger le manioc et le sucre. Ajouter le lait de coco, mélanger. Verser dans le moule et cuire 45 min. Démouler à la sortir du four, et servir chaud ou tiède.

Le gâteau n’est pas très épais, à peine 1,5cm, mais il faut vraiment compter 45 min de cuisson. Donc éviter de prendre un moule plus petit, sous peine d’augmenter le temps de cuisson.
Le manioc a une consistance élastique quand il est chaud, ce qui rend le gâteau difficile à découper. Je me suis servie d’une paire de ciseau pour plus de commodité.

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer