La cuisine du triangle polynésien

chevrettes aux légumes © cocineraloca.fr

En attendant la recette de la salade de thon cru tahitienne et du poulet fafa,  et pour vous faire patienter, je vous propose quelques photos de plats que j’ai prises dans les divers restaurants où j’ai mangé, et une sélection de liens vers des sites culinaires du triangle polynésien : Hawaï, Rapa Nui (l’île de Pâques) et la Nouvelle Zélande.

poisson sauce vanille © cocineraloca.fr

Plus d’informations iciet sur l’histoire de la Polynésie et ce fameux triangle.

L’aire linguistique polynésienne est maintenant juxtaposée avec celles des colonisateurs : anglais pour Hawaï et la Nouvelle Zélande, espagnol pour Rapa Nui (qui dépend du Chili), et français pour la Polynésie française. Les liens que je vous propose sont donc rédigés dans ces langues-là.

tartare de thon et frites © cocineraloca.fr

J’ai trouvé très peu d’informations sur la cuisine Rapa Nui, simplement une recette de Po’e (en espagnol) et aussi ce blog, toujours en espagnol (attention c’est mal fichu, il faut descendre avec la souris pour trouver l’article). Pour la Nouvelle-Zélande, je n’ai pas grand-chose. Les blogs hawaïens proposent de la cuisine polynésienne mais aussi des plats sous influence philippine ou japonaises. Je vous propose aussi deux blog anglophones avec des recettes polynésiennes, particulièrement des Samoa. Mention spéciale pour Panipopo, très bien expliqué et l’auteure est très sympa !

salade © cocineraloca.fr

Concernant Hawaï, depuis que mon blog préféré a fermé, j’ai eu du mal à trouver des liens intéressants. Essayez ici ou ou  encore ici  ou alors  prenez la peine de fureter . Tous les liens hawaïens sont en anglais.

Pour la Polynésie française, il y a le blog de la foodie, pas mal de recettes qui trainent sur Internet, mais à mon grand regret, ces dernières sont souvent copiées/collées d’un site à l’autre, et rarement testées. Soyez-donc prudent si vous les essayez, le résultat n’est pas garanti.

Edit du 16 novembre 2011 : depuis que j’ai écrit cet article, j’ai beaucoup enrichi mon blog de recettes polynésiennes testées et approuvées, vous les trouverez dans la catégorie « Polynésie » !

Bonne lecture !

Dessert polynésien : Po’e banane

po'e 1 ©cocineraloca.fr

Comme promis, voici la première recette que j’ai ramenée de Polynésie. Je me trouvais dans une pension de famille, et j’ai supplié la cuisinière de bien vouloir faire des plats polynésiens et aussi, de m’accepter en cuisine pour voir comment elle faisait.

Un grand merci 🙂 donc à Betty, cuisinière à la pension Fare Maeva de Huahine, de m’avoir montré comment on fait le Po’e, mon dessert préféré, et aussi le poulet fafa (recette à suivre sur mon blog).
La recette est toute en photos, sans proportions exactes. En italique, mes conseils pour faire un Po’e en métropole, quand on n’a ni cocotier ni bananier sous la main !

Je n’ai pas pu photographier le résultat dans les assiettes, faute de lumière suffisante au moment du repas. J’ai donc refait un Po’e à Paris, et fait une jolie présentation pour vous montrer le résultat final.

Une dernière précision : on prononce Po-é en laissant un blanc entre les deux voyelles, comme si on détachait deux syllabes. Si on prononce les 3 lettres attachées (Poé) on dira le mot « perle » : c’est très joli aussi, mais ce n’est pas la même chose. !

 

Mise à jour du 16 mai 2016 : quand j’ai publié cette recette il y a bientôt 7 ans, j’ai respecté scrupuleusement les quantités données par Betty. L’usage courant en Polynésie, c’est plutôt « un bol d’amidon pour trois bol de purée de fruit » ce qui donne un po’e plus léger et ce sont les quantités que j’utilise aussi. Je n’avais jamais corrigé la recette par respect pour Betty, mais vu que c’est une des plus consultées de mon blog, je pense que la précision vous sera utile.

(suite…)

Iaorana Porinetia ! Une visite à Tahiti et ses île

Cocotiers

Voici un petit aperçu d’un des plus beaux endroits du monde, la Polynésie, où je viens d’avoir la chance de passer 15 jours de vacances.

Bon évidemment, je n’ai pas photographié les embouteillages à Papeete, ni les hôtels qui ferment en raison de la crise économique, ni les moustiques qui m’ont si gentiment souhaité bienvenue à Moorea 😉 : vous vous en doutez, le paradis sur terre n’existe pas vraiment. Mais si la vie n’est pas tous les jours rose, en Polynésie comme ailleurs, c’est le joli côté des choses que j’ai eu envie de vous montrer à travers ces quelques photos de vacances.

J’ai découvert la culture polynésienne il y a quatre ans, par hasard, et à l’époque, j’étais loin d’imaginer jusqu’où cela m’amènerait. Si vous aussi, vous voulez découvrir une grande culture, vous trouverez quelques liens  à la fin de ce billet, pour continuer le voyage.

Mauruuru roa à tous ceux qui m’ont si bien accueillie au fenua et à tous les polynésiens de Paris qui contribuent chaque jour à  me faire connaître davantage l’esprit maohi.

Et pour tous les gourmands, je publierai des recettes de Tahiti dans les semaines qui viennent 🙂 (suite…)

Macarons à l’hibiscus et au tamarin, vanille de Tahiti

Pour la deuxième édition du Buzz gourmand, Christophe Michalak propose d’être créatif à partir de sa recette de macarons. Voici ma petite participation. J’ai jeté un œil sur les gagnants du précédent concours, qui on réalisé de la haute couture, en comparaison mes macarons devraient plutôt figurer à la rubrique « loisirs créatifs » mais qu’importe, je me suis bien amusée à les faire, et mes testeurs ont vraiment aimé !

macarons hibiscus tamarin ©cocineraloca.fr

Dernière minute : j’ai décidé de participer à un nouveau concours, celui de Marie-Laure et son site Odelice, sur le thème « cuisiner avec des fleurs » avec mes macarons. Il y a de chouettes hibiscus dans cette recette et on peut gagner des bouquets de fleurs…

En hommage aux polynésiens qui m’ont fait découvrir leur culture, des macarons aux saveurs tahitiennes : de la vanille de Tahaa, avec une note aromatique unique, des fleurs d’hibiscus (Hibiscus sabdariffa L.) comme celles dont se parent les vahinés et un peu de tamarin, en hommage à la communauté asiatique installée là-bas depuis le 19eme siècle. (suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer