Kallappam : crêpes à la farine de riz et noix de coco

Voici ma première recette estampillée « retour d’Inde du Sud« , les autres suivront incessamment sous peu.
J’ai aussi prévu de vous faire un petit compte-rendu de mon séjour en images, mais je suis un peu en retard pour trier et traiter mes photos, il vous faudra patienter encore un peu pour rêver en images.

Dans le Kerala, les parathas, appam et autres pains plats sont une composante essentielle du repas et servent à accompagner un plat salé en sauce « gravy », « stew » ou autre, qu’on mange avec les doigts de la main droite.

J’ai eu un coup de cœur pour les appam (prononcer « a-pomme ») mais faute du matériel pour les cuire, j’ai opté pour cette variante, les Kallappam, faciles à faire dans une cuisine occidentale.

Kallappam avec sucre et lait de coco

J’ai réalisé la version « petit déjeuner sucré » et arrosé mes kallappam avec du lait de coco et du sucre, comme on m’a appris à le faire à Kochi c’est pourquoi ma pâte à fermenté toute la nuit au frigo pour cuire le matin.
Si vous prévoyez d’en faire pour accompagner un plat salé, tenez compte des 5 heures de fermentation avant de vous lancer.

Matériel spécifique : une petite poêle de la taille d’une assiette à dessert
À préparer au moins 5h à l’avance.

Ingrédients pour 12 crêpes
Pour la pâte
250g de farine de riz
10g de levure de boulangerie fraîche
150g de noix de coco râpée
50g de sucre en poudre
450 ml d’eau
1 pincée de sel
Pour le Kappi
10g de farine de riz
125 ml d’eau

Réalisation
Préparer le Kappi : mélanger les 10 g de farine de riz avec les 125ml d’eau dans une petite casserole. Faire chauffer à feu vif en remuant constamment, jusqu’à ce que le mélange épaississe  c’est-à-dire jusqu’à ébullition. Sortir du feu.
Préparer la pâte : mélanger la levure avec l’eau. Mélanger dans un grand saladier la farine de riz, la noix de coco râpée, le sucre et le sel.
Ajouter le Kappi encore chaud, le mélange eau/levure et bien mélanger. Recouvrir de papier film et laisser fermenter au frigo toute la nuit ou 5 heures à température ambiante.
Huiler une petite poêle et mettre à chauffer à feu moyen. Si nécessaire, allonger la pâte avec un peu d’eau  si elle trop épaisse.
Verser une petite louche de pâte et cuire les crêpes des deux côtés.

Pile de Kallappam

Les petits trucs en plus :
Je ne sais pas à quoi sert le Kappi, je suppose que c’est pour épaissir la pâte et l’aider à fermenter, mais je n’en suis pas sûre. J’ai réalisé la recette à la lettre et c’était impeccable, donc je pense que cette étape est utile.

Je couvre la crêpe avec un couvercle pendant la cuisson de la 1ère face, avant de la retourner. Je poursuis la cuisson sur la 2ème face très peu de temps, juste pour la dorer légèrement.

J’utilise de la noix de coco râpée surgelée, c’est bien meilleur que celle qu’on trouve en sachet. Si vous utilisez des sachets, il faudra peut-être allonger la pâte avec un peu d’eau si elle est trop épaisse.

La farine de riz et la noix de coco surgelée s’achètent en épiceries asiatiques. Je pense qu’on doit trouver la farine de riz en magasins bio aussi.

Si vous êtes intolérant aux produits laitiers ou au gluten, cette recette est faite pour vous.

Source : « Syrian Christian Favourites : a personal collection of authentic Kerala syrian christian recipes » par Thressi John Kottukappally et Salim Pushpanath. Dee Dee books publication

PS : j’ai oublié l’huile pour la cuisson des crêpes dans la liste des ingrédients. De l’huile de tournesol ou d’arachide font très bien l’affaire.

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.<br> En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.<br><br> Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer