gelée de pommes2 ©cocineraloca.fr

Dumè m’a demandé la recette qui accompagne la photo de gelée de pommes ci-dessous. Le hic, c’est que je l’ai faite il y a un an, et tout ce qui me reste de la recette, c’est un post it marqué « 850g de sucre au kilo de jus »

Donc je suppose que j’ai fait comme ça :
Lavé les pommes, les ai pelées et épépinées et mis les pépins et la peau dans un morceau de gaze. Mis le tout dans une casserole, et mis à cuire jusqu’à ce que les pommes soient cuites.
Installé mon égouttoir à nouilles (qui est sur pieds) dans un grand saladier. Déplié un torchon dans l’égouttoir et versé dedans le contenu de la casserole. Laissé égoutter toute une nuit, sans y toucher (si on presse la compote de pommes, la gelée sera trouble).
Le lendemain : Lavé les pots et les couvercles à l’eau bouillante, et tout retourné sur un torchon.
Récupéré le jus, l’ai pesé et remis dans une casserole. Pesé la dose de sucre correspondante et mis à cuire le tout jusqu’à ce que la gelée prenne. Combien de temps ? Mystère.

Pour savoir si la gelée est prise, verser quelques gouttes sur une assiette froide, et passer le doigt au milieu : si la goutte ne se referme pas, c’est prêt. Verser en pots, et fermer immédiatement. Renverser les pots au bout d’une dizaine de minutes en s’aidant d’un torchon pour les stériliser à chaud. Il faut vraiment attendre un peu, sinon la gelée est trop liquide, et ça coule hors du pot…

Je sépare les épluchures et les pépins pour pouvoir récupérer la pulpe de pommes, pour en faire de la pâte de fruits. Si vous n’avez pas cette intention, contentez-vous de laver et de couper les pommes en quartiers. Les épluchures et les pépins sont indispensables, c’est la pectine qu’ils contiennent qui fait prendre la gelée.

D’habitude, je suis plus précise, mais là… je ne sais plus combien de kilos de pommes j’ai bien pu utiliser. Et ne me demandez pas la recette des petits pains qui supportent la gelée, je ne sais pas non plus ce que c’est !

%d blogueurs aiment cette page :