On ne peut pas dire que cette recette soit vraiment de saison pour un mois de février finissant, mais disons qu’un somptueux ras-le-bol de l’hiver constitue un bon prétexte pour la publier.
Cette recette me vient d’un ami napolitain, le fameux Eugenio du titre et se fait à l’origine avec un restant de moules marinières cuisinées  avec leur jus de cuisson.
J’ai écrit la recette « comme si » on préparait la recette de A à Z, donc en commençant par cuire les moules marinières, pour ceux d’entre mes lecteurs qui voudraient faire exclusivement cette recette en zappant une soirée moules-frites. Pour ma part, il s’agit toujours du deuxième service le lendemain de ladite soirée, histoire de liquider les restes en renouvelant un peu le goût des moules.

Ingrédients pour 4 personnes :
1l de moules cuites en marinière et décoquillées, avec le jus de cuisson
1 petite boite de tomates pelées ou 4 belles tomates biens mûres en saison
1 gros oignon
100g de vermicelle
1 bouquet de basilic
2 gousses d’ail
1 belle cuillerée à soupe d’huile d’olive
Pour la marinières de moules :
1 l. de moules de bouchot ou de Barfleur
½ verre de vin blanc sec
1 petit oignon
3-4 brins de persil

Réalisation
Préparation des moules marinières : gratter les moules à l’aide d’un couteau et enlever le byssus en tirant dessus (c’est le petit filament qui dépasse). Les rincer rapidement à l’eau froide pour finir de les nettoyer.  Peler et émincer l’oignon, laver le persil, et disposer le tout dans une grande marmite disposant d’un couvercle. Ajouter le vin blanc, et disposer les moules par-dessus. Fermer avec le couvercle et cuire à feu très vif, en secouant régulièrement la marmite : cela homogénéise la cuisson. Arrêter la cuisson dès que toutes les moules sont ouvertes (cela prend entre 6-8 minutes). Ne pas surcuire, ça rend les moules caoutchouteuses. Décoquiller les moules, les réserver dans un bol et garder le jus de cuisson à part.
Préparation de la soupe : peler l’oignon et l’ail. Émincer l’oignon et hacher l’ail. Ouvrir la boîte de tomates pelées et couper celles-ci en morceaux. Même chose si les tomates sont fraîches, mais il faudra couper les morceaux tout petits. Faire chauffer l’huile d’olive dans une casserole et faire cuire l’oignon jusqu’à ce qu’il devienne mou et transparent. Ajouter alors l’ail et les morceaux de tomates, mélanger et laisser réduire à feu moyen 3-4 minutes. Laver le bouquet de basilic, émincer une poignée de feuille et ajouter dans la casserole. Recouvrir avec le jus de cuisson des moules et ajouter de l’eau, l’équivalent en volume du jus des moules (on doit obtenir entre 1,2 et 1,5l de liquide). Laisser mijoter à feu moyen environ 20 min. Goûter pour voir si la soupe est assez salée : normalement, il n’y a pas besoin d’ajouter de sel puis poivrer. Porter la soupe à ébullition et y faire cuire les vermicelles. Ajouter les moules réservées dans le bouillon juste au moment de servir pour les réchauffer, et ajouter du basilic ciselé. Servir bien chaud.

On peut accompagner la soupe de croûtons grillés et frottés à l’ail si on aime

Une petite précision des fois que je n’aurais pas été très claire : il faut bien 1l de moules, pas deux. La seconde partie de la liste des ingrédients énonce simplement ce qu’il faut pour obtenir l’unique litre de moules marinières nécessaire pour cette recette

Et un autre détail : jusque il y a peu, les moules étaient vendues au litre, dans des mesures. La réglementation européenne impose désormais de les vendre un kilo, ce qui est parfaitement idiot : un litre de moule généreux, ce qui est l’usage, pèse exactement…1 kilo

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.<br> En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.<br><br> Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer