Contrairement aux trois quarts de la blogosphère culinaire, je n’ai pas pu me rendre au salon du blog culinaire de Soissons.
Pas grave, je me suis vengée en m’offrant une visite à l’atelier Art Home au Palais de Tokyo (Paris). Il s’agit d’un concept sponsorisé par Electrolux, qui lie un restaurant, posé sur le toit du Palais, à des ateliers culinaires. On propose au public qui participe aux ateliers de reproduire, sous la houlette d’un chef, les plats servis aux convives du restaurant la veille.

Voici mon petit compte-rendu, si vous avez des questions, posez-les moi dans les commentaires, et si vous avez envie de participer à un atelier, faites un tour sur le site Art’Home Electrolux. Et si vous avez la flemme de lire tout mon billet (tss tss…) filez tout en bas, j’y ai mis 2-3 infos pratiques.
Comme d’habitude, ce n’est pas un billet sponsorisé, juste mon opinion et je la partage 😉

Aujourd’hui c’est Raphaël qui nous a fait reproduire deux plats :


Tout d’abord de l’agneau farci au kumquats et aux olives, avec une sauce au Picon, accompagné d’un risotto aux pimientos del piquillo et de petits légumes. Ensuite, en dessert, une tartelette aux endives si si ce n’est pas une blague, avec une émulsion de chocolat blanc au poivre à queue d’Indonésie et une glace au café. Maison, la glace, est-il besoin de préciser?

L’atelier dure 2 heures, et chaque participant prend en charge une partie du plat à réaliser. Pour ma part, j’ai désossé en charmante compagnie deux selles d’agneau (pas dur mais il faut un bon couteau), et fait des rouleaux farcis d’un peu d’olive et de kumquat. Le tout est doré à la poêle avant de finir de cuire au four.
À côté, on prépare la sauce, en face, la glace au café et les endives, à gauche, les légumes.
Une fois que tout est prêt, Raphaël nous propose une façon de dresser les assiettes, et nous passons à l’action. Le détail est important : les plats que vous voyez en photo ne sont pas l’œuvre de professionnels, mais présentés par des amateurs qui n’ont pas de formation en cuisine. Donc, ne tiquez pas sur les imperfections, elles sont très normales à ce niveau de réalisation, et pour ma part, je trouve que ça a beaucoup de charme.

Ensuite, on passe à la dégustation, et on en profite pour faire connaissance : et oui, on se retrouve à 13 autour d’une table, et on ne se connaissait pas deux heures avant. L’expérience est sympa, et le tour de table révèle une très grande variété de profils et de parcours.

Bon OK, je sais, ce que vous voulez savoir, c’est mon appréciation des plats :
Pour l’agneau, j’ai adoré la sauce, je crois que je vais acheter une bouteille de Picon rien que pour ça ! Le risotto est sympa, mais plus classique que la sauce. L’association olive noires – kumquats fonctionne bien. Les carottes et le chou romanesco étaient très bons, mais je n’ai pas vu la réalisation, donc je n’en sais pas plus.

Le dessert :
La tartelette est composée d’un disque de pâte aux zestes d’oranges cuit à blanc, sur lequel ont été posées des endives cuites dans le sucre, puis caramélisée. Le mélange me semblait improbable (je ne suis pas très fan des endives cuites) mais il fonctionne merveilleusement bien. L’émulsion de chocolat blanc au poivre à queue d’Indonésie , c’est mon coup de foudre de la journée . C’est une mousse composée de chocolat blanc, crème liquide, un chouïa d’agar-agar et de poivre, réalisée au siphon.
La glace au café. J’imagine très bonne, mais alors que j’adore le café noir, je n’aime pas du tout les desserts à base de café. Je suis donc incapable d’avoir un avis dessus. Je pense réaliser ce dessert à la maison, mais à la place de la glace, je servirai le café en même temps, à côté.

Pour finir, Raphaël nous a fait goûter les chocolats qu’il réalise dans son laboratoire, pour accompagner le café.

Alors ça fait envie ?

Si vous voulez découvrir les chocolats de Raphaël, vous pourrez le rencontrer à l’Epicerie du Bon Marché samedi 27 novembre, de 11h à 18h. Plus d’infos sur son site baccello.fr

Pour s’inscrire à un atelier (27€ les deux heures, dégustation et vin compris), allez directement chez Art’Home

A savoir :
L’accueil, l’organisation et l’information sont parfaits, la veille de l’atelier, on vous envoie un email ou on vous appelle pour confirmer le RV et s’enquérir d’éventuelles allergies ou restrictions alimentaires

Il s’agit d’un atelier et non d’un cours de cuisine : c’est parfait pour passer un bon moment et découvrir des saveurs inattendues, mais il ne faut pas y aller dans l’intention d’acquérir un maximum de connaissances techniques, ce n’est pas le but.

Le prix est modique (merci Electrolux!) donc, rançon du succès, il faut réserver longtemps à l’avance.

On repart avec un tablier. Et aussi, on passe plutôt 2h30 sur place, histoire de bien profiter du repas.

J’ai apprécié (en plus du bon moment et des petits plats) :
– le professionnalisme de Raphaël. En tant qu’ancienne prof de cuisine, c’était marrant de retrouver des choses que j’ai pratiqué : avoir l’œil à tout pour ne pas rater une cuisson, veiller à la synchronisation, à la plonge, à la participation de tous… et jusqu’à la saturation de manger les desserts ! (spécial clin d’œil, si Raphaël me lit!)
– la diversité des participants
– l’espace et le matériel
– le vrai tablier en tissu (certains ateliers pratiquent le jetable en plastique, pas pratique à mon goût)

J’aurai aimé :
– repartir avec deux fiches recettes. On ne voit pas ce que réalisent les autres, donc c’est difficile de reproduire l’intégralité du repas à la maison si on n’a pas un minimum de technique culinaire
– que le dessert nécessite d’autres ustensiles qu’un siphon et une turbine à glace. Même si ça se démocratise, ce ne sont pas des ustensiles très courants dans les cuisines lambda. Pour la mousse au chocolat blanc, ça peut se faire au batteur, mais pour la glace, il faudra aller l’acheter chez le marchand de glace

En conclusion
A refaire, d’ailleurs certains participants venaient pour la deuxième fois

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer