Retour de Taste (of Paris)

Taste of Paris Ryuji Teshima, restaurant Pages ©cocineraloca.fr

Pardon pour le mauvais jeu de mots du titre… Samedi, avec Joan, une copine amatrice de bonne cuisine, j’ai fait un tour à Taste of Paris, l’évènement gastronomique du moment, qui se tenait au Grand Palais. J’ai trouvé ça pas mal, et comme on m’a demandé ce que j’en avais pensé, voici un petit compte-rendu, avec les plus et les moins, histoire de vous faire une idée si vous voulez vous y rendre l’année prochaine. (suite…)

Je ne veux pas mourir idiote ! Le cerfeuil tubéreux

Cerfeuil tubéreux ©cocineraloca.fr

Après un long silence, voilà le retour de ma rubrique  » Je ne veux pas mourir idiote « . J’aurais plein de choses à écrire pour l’alimenter, mais voilà, je n’ai pas beaucoup de temps, c’est pourquoi elle est restée en jachère si longtemps.

J’ai profité de ma dernière commande à la Ruche qui dit oui pour acheter et goûter du cerfeuil tubéreux.
Les cultivateurs qui me l’ont vendu m’ont dit qu’ils n’en avaient jamais goûté, ce à quoi j’ai répondu « moi non plus! ».
Maintenant que c’est chose faite, voilà, en exclusivité pour vous, mon petit retour d’expérience (suite…)

Caramels, bonbons et chocolats…

Vous connaissez les caramels Klaus ? Moi, jusqu’à hier midi, je n’en avais jamais goûté.
Ma collègue Murielle nous en a rapporté de ses vacances dans le Doubs et j’ai eu envie de vous faire partager ma découverte. Merci Murielle !

L’emballage est super rigolo et cache de tous petits caramels, qui sont tendres sans être collants et qui se laissent manger sans retenue. (suite…)

Je ne veux pas mourir idiote ! L’Oca du Pérou

Ce billet inaugure une nouvelle rubrique de mon site : j’ai décidé de parler des trucs rares, à la mode, snobs, introuvables, nouveaux (rayer les mentions inutiles) qu’on peut parfois trouver sur les blogs, dans les magazines culinaires ou chez les grands chefs.

Vous savez, ces produits dont le commun des mortels n’a jamais entendu parler et encore moins goûté et qu’on nous explique être le nec plus ultra de la cuisine qu’il faut ab-so-lu-ment avoir mangé pour pouvoir snober son prochain. Bref, si tu n’as pas mangé ton Oca à 50 ans, t’as raté ta vie ! (suite…)

Un chouette livre de cuisine : Ma cuisine de Marseille, par Georgiana et Marie

Je parle rarement de livres de cuisine, mais j’ai eu envie de faire une exception pour le petit livre écrit par Georgiana et joliment photographié par Marie sur la cuisine marseillaise.

J’ai rencontré Marie pour la 1ère fois samedi dernier, et elle m’a apporté le livre à ma demande, ce qui  me permet de vous en parler aujourd’hui, à la veille de sa parution en librairie.
Vous connaissez sûrement Georgiana au moins de vue : elle a été une des participantes de la première saison de Masterchef et quant à Marie, peut-être avez-vous déjà fait un tour sur son blog, Les petits plats de Trinidad.
Je n’ai pas eu l’occasion de lui dire, donc je vais l’écrire ici, j’aime beaucoup ses photos, qui sont à la fois belles et simples, sans la sophistication excessive qu’on  quelquefois sur certains blogs. Bref ça me donne toujours envie de cuisiner !

Maintenant que je vous ai parlé des auteurs, passons au livre ! II qui sent bon le sud, l’huile d’olive et la garrigue, mais le tout revisité de manière moderne. J’ai repéré une soupe au pistou très joliment présentée ainsi qu’une terrine de pieds et paquets très originale. Pour les becs sucrés, il y a aussi des desserts .Tout respire la fraîcheur et les recettes sont facilement accessibles aux cuisiniers débutants. Bref un joli livre à offrir ou à s’offrir. et en tout, ça fait 29 nouvelles recettes à cuisiner cet été.

Les infos pratiques :
GEORGIANA, MA CUISINE DE MARSEILLE
Préface de Lionel Lévy
Format : 19 x 24 cm – 64 pages
Parution en librairie : 19 mai 2011
Prix Public : 9,90 €

Le Paris des chefs en bref

Comme annoncé précédemment, un petit compte-rendu du Paris des chefs, où je suis allée il y a 15 jours. Depuis 3 ans, cet évènement réunit en tandem  des chefs cuisiniers ou pâtissier avec des designers, directeurs artistiques, graphistes… autour d’un thème donné.
Cette année, le thème imposé à chacun était « Le visible et l’invisible« .
Tout d’abord, je remercie Nawal de m’avoir poussée à venir : je passe ma vie dans les transports en commun pour aller au boulot, et sans elle, je ne sais pas si j’aurais pris la peine d’aller jusqu’à Villepinte un dimanche pour un truc qui m’apparaissait comme de l’évènementiel un peu bidon, alors que j’étais bien crevée et que je serais bien restée à traînouiller à la maison.
Et alors, vraiment, vraiment, je n’ai pas regretté, et l’année prochaine, je tâcherai de mieux m’organiser pour assister aux présentations d’un bout à l’autre. (suite…)

Testé pour vous : l’atelier culinaire Art’home au Palais de Tokyo (Tout le monde ne part pas à Soissons)

Contrairement aux trois quarts de la blogosphère culinaire, je n’ai pas pu me rendre au salon du blog culinaire de Soissons.
Pas grave, je me suis vengée en m’offrant une visite à l’atelier Art Home au Palais de Tokyo (Paris). Il s’agit d’un concept sponsorisé par Electrolux, qui lie un restaurant, posé sur le toit du Palais, à des ateliers culinaires. On propose au public qui participe aux ateliers de reproduire, sous la houlette d’un chef, les plats servis aux convives du restaurant la veille.

Voici mon petit compte-rendu, si vous avez des questions, posez-les moi dans les commentaires, et si vous avez envie de participer à un atelier, faites un tour sur le site Art’Home Electrolux. Et si vous avez la flemme de lire tout mon billet (tss tss…) filez tout en bas, j’y ai mis 2-3 infos pratiques.
Comme d’habitude, ce n’est pas un billet sponsorisé, juste mon opinion et je la partage 😉 (suite…)

Mes achats de foodista : l’eau de coco Vai Vai

Comme annoncé ici, voici le 1er compte-rendu de mes achats à la grande épicerie du Bon Marché. Mon blog n’étant pas sponsorisé, comme d’habitude, c’est sans langue de bois !

Si vous ne connaissez pas l’eau de coco, cela n’a rien à voir avec le lait de coco : c’est le jus qu’on trouve à l’intérieur de la jeune noix de coco fraîche, tandis que le lait de coco est fait en pressant la chair râpée d’une noix de coco mûre.  L’eau de coco bue bien fraîche est très désaltérante, et aussi délicatement parfumée. (suite…)

Test match : un bouillon de poule maison contre le bouillon Ariaké, et contre un Kub Or

Comme je l’écrivais ici, je n’aime pas trop les bouillons industriels, essentiellement à cause de ce qu’on trouve dedans. J’ai pourtant été intriguée par les produits Ariaké, en raison de l’excellente qualité des ingrédients, une rareté en matière de produits agro-alimentaires. Cette qualité a un coût, j’ai payé le paquet de 5 sachets 3,79 euros.
Dans la rubrique j’ai testé pour vous, j’ai donc essayé le nouveau bouillon de volaille Ariaké, que j’ai comparé avec un bouillon maison et un bouillon Kub or.
Je rappelle que mon blog est libre de toute publicité, il ne s’agit donc pas d’un partenariat, juste d’un test maison pour apprécier la qualité d’un produit.

(suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer