Comme je l’écrivais ici, je n’aime pas trop les bouillons industriels, essentiellement à cause de ce qu’on trouve dedans. J’ai pourtant été intriguée par les produits Ariaké, en raison de l’excellente qualité des ingrédients, une rareté en matière de produits agro-alimentaires. Cette qualité a un coût, j’ai payé le paquet de 5 sachets 3,79 euros.
Dans la rubrique j’ai testé pour vous, j’ai donc essayé le nouveau bouillon de volaille Ariaké, que j’ai comparé avec un bouillon maison et un bouillon Kub or.
Je rappelle que mon blog est libre de toute publicité, il ne s’agit donc pas d’un partenariat, juste d’un test maison pour apprécier la qualité d’un produit.

Ingrédients des trois bouillons :
Kub or : sel, exhausteurs de goût : glutamate, guanylate et inosinate de sodium, huiles végétales, arômes (blé, soja), sucre, oignon, sirop de glucose, acidifiant : acide citrique, ail, graines de coriandre, extraits de poivre, de girofle, de céleri et de laurier, antioxygène : extrait riche en tocophérols (mon ami Wikipedia m’apprend que c’est le mot chic pour vitamine E)

Bouillon de volaille Ariaké : volaille (83%) : viande de volaille, bouillon de volaille (eau, viande, os, sel), légumes (oignon, carotte, céleri, ail), sel extrait de levure, fibres de blé, épices, antioxydant : extraits riches en tocophérols

Bouillon maison : un poulet industriel « label rouge », un oignon piqué d’un clou de girofle, une carotte, une branche de persil, une feuille de laurier, sel.

Pour les produits industriels, l’ordre des ingrédients indique les proportions. L’ingrédient n°1 dans la liste est celui qui est en plus grande quantité.
Pour mon bouillon perso, j’ai immergé mon poulet (environ 1,2kg) dans environ 5 l. d’eau, mais je n’ai rien pesé.

De g. à d. : bouillon Ariaké, Kub or, fait maison

Réalisation :
Pour le bouillon maison, allez voir ici. Pour les deux autres, j’ai suivi scrupuleusement le mode d’emploi : cuisson du bouillon Kub dans ½ l. d’eau bouillante et pour le bouillon Ariaké infusion 5min à couvert dans une casserole d’eau frémissante.

Test gustatif à chaud :
Bouillon maison : goût de volaille marqué, pas très salé, sensation d’onctuosité en bouche (dûe à la graisse résiduelle du poulet), très parfumé
Au goût, autant le dire tout de suite, je reste une adepte du bouillon maison.

Bouillon Ariaké : je n’aime pas, à mon grand regret. Ce n’est pas mauvais, mais trop corsé à mon goût avec un goût de céleri trop prononcé. Le produit oscille entre le consommé et le fond de volaille; est trop concentré pour un simple bouillon. Je conseille de doubler la quantité d’eau proposée par le mode d’emploi si on veut l’utiliser comme aide culinaire.

Bouillon Kub : beurk ! trop salé, et aucun goût de volaille (normal y’en n’a pas dans la composition). A éviter.

de g. à d. : bouillon maison, Ariaké, Kub or

Test gustatif à froid : et oui, ça c’est un challenge, avaler un bouillon froid…

Bouillon maison : ça passe tout seul

Bouillon Ariaké : toujours trop corsé à mon goût, mais se boit sans problème

Bouillon Kub : heu vous avez vraiment besoin d’un dessin? Le seul que je n’ai pas pu avaler en entier.

Et à vrai dire, je ne sais pas exactement à quel bouillon incriminer ça, mais ensuite, j’ai été barbouillée toute la soirée !

Conclusion : mon congélateur va continuer à héberger mes bouillons maison. Je suis très déçue de ne pas avoir apprécié le produit Ariaké, qui je le répète, est un produit de qualité
Je pense que c’est une question de goût et d’habitude et il faut le souligner, face à lui, le Kub or ne tient pas la route. En revanche, le Kub convient aux végétariens, il n’y a pas un poil de produit animal dedans.
Et vous si vous avez testé, que préférez-vous ?

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.<br> En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.<br><br> Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer