la mort l'humour dessin de guillaume long
Comme vous le savez tous, trois fous furieux lourdement armés ont tué dix-sept personnes et blessé une dizaine d’autres en trois jours.
Ceux-ci, des dessinateurs, des journalistes, des policiers et d’autres personnes dont je ne sais pas grand-chose, étaient sans défense. Ils publiaient un journal, ils étaient policiers, ils faisaient leurs courses, ils passaient par là par hasard et ils sont tous morts.

Que dire ? Chagrin, dégoût, révolte, indignation, je n’ai pas assez de mots pour exprimer ce que je ressens.
En vrac, et sûrement maladroitement, ce qui me vient à l’esprit :
Il n’y a aucune cause au monde qui justifie l’immense lâcheté de tuer des gens désarmés. De toute façon, rien ne justifie de vouloir tuer autrui, et de passer à l’acte. Ensuite, vouloir faire taire quelqu’un par la violence, c’est un signe d’impuissance, c’est reconnaître que les mots et les images ont un immense pouvoir, ne pas savoir répondre à des mots par des mots ou à des dessins par d’autres dessins, cela signifie qu’on n’a pas d’arguments.

Plus fort que la mort, Charlie Hebdo, va continuer à paraître. Des hommes et des femmes prennent la relève pour que vive le journal. Les terroristes n’ont rien compris et en plus, si on se place de leur point de vue, ils ont tout raté. Leur violence a fait des victimes, mais n’empêchera jamais aucun journal de paraître, n’entrainera pas non plus la disparition de la police, et il y aura toujours des gens qui feront leurs courses dans des épiceries cacher. Ironie du sort, ils ont voulu tuer un journal et ils sont morts dans une imprimerie, il était antisémite et il est mort dans une épicerie cacher.

Pour finir, et parce que je suis pas douée pour les longs discours, cher lecteur, fais l’humour, pas la guerre, et si un jour, tu n’es pas d’accord avec ton prochain, plutôt que de lui taper dessus, invite-le à partager un repas avec toi, ça sera l’occasion de faire sa connaissance et de discuter paisiblement.

Merci à Guillaume Long qui m’a autorisée à publier son dessin ici.

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer