homard ©cocineraloca.fr

Il y a une légende vivace concernant cette brave bébête, qui je crois a été inventée et répandue par des individus qui n’ont jamais eu à trucider un homard : il faudrait le laisser quelques instants au freezer ou au congélateur pour « l’endormir » avant de le faire passer de vie à trépas dans une casserole d’eau bouillante. C’EST FAUX. Au mieux la bestiole va se mettre à gambader à l’intérieur, au pire (si on l’oublie trop longtemps) elle va mourir congelée. Bof. Et ne me racontez pas de bobards, j’ai testé. Il y a très, très longtemps, avant de devenir serial killeuse de homards.

homard2 ©cocineraloca.fr

En exclusivité pour ceusses qui auront la chance de voir passer la bestiole à portée de casserole voici le vrai truc qui marche, avec la preuve ici en images. Vous avez le droit de rigoler, mais pas celui de douter : je n’ai pas fumé la moquette : ÇA MARCHE et avec les tourteaux aussi. Il suffit de caresser le homard derrière les yeux, et hop ! il se calme…. Chut !! L’eau est bouillante, il est prêt pour le bain…
Pour info, la saison des homards vient de s’achever, ceux qu’on trouve à Noël proviennent de viviers. Pensez-y l’année prochaine, de ce côté-ci de la planète, c’est fin juin qu’il est le moins cher.

La suite bientôt avec les recettes d’un repas d’anthologie : homards cuisinés à la façon d’Olivier Roellinger, salade de salicornes à la crème, entremets aux fruits des bois et aux pétales de roses.

Les photos ont été réalisées par ma maman.

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer