Un classique inusable : le Saint Honoré

St-Honoré rectangulaire ©cocineraloca.fr

Je voudrais commencer ce billet en remerciant ma cousine Nine, grâce à qui j’ai pu réaliser un vieux rêve : préparer un Saint-Honoré pour ma famille, pour le repas de Noël. Sans son aide, je n’aurai jamais pu préparer 4 gâteaux pour 37 personnes, merci Nine !

Réalisé à l’origine avec une crème Chiboust, le Saint-Honoré se trouve maintenant beaucoup plus couramment garni de crème Chantilly, essentiellement pour des raisons de règlementation sanitaire. La petite histoire raconte qu’il s’agit d’une création d’un pâtissier nommé Chiboust, qui officiait rue Saint-Honoré à Paris au 19ème siècle. Je ne sais pas si c’est vrai, mais l’histoire est jolie.

En tout cas, j’adore le contraste entre la pâte à choux, le moelleux de la Chantilly, et le croquant du caramel. Comme la plupart des chefs-d’œuvre de la pâtisserie française, ce gâteau doit être absolument frais du jour, et préparer à partir d’œufs, de beurre et de crème d’excellente qualité.

Je vous présente donc ma version, qui cache une couche de crème pâtissière à la vanille sous les volutes de la Chantilly. Je tiens cette recette d’un de mes anciens chefs pâtissiers, qui avait travaillé chez Dalloyau.

Ce n’est pas un gâteau techniquement difficile, mais il nécessite une fraîcheur absolue, et doit être mangé le jour de sa fabrication.
Comme il y a pas mal d’étapes de réalisation, il vaut mieux préparer la crème pâtissière et la pâte à foncer la veille et les conserver au frais jusqu’au dernier moment, histoire de ne pas se laisser déborder par le temps. (suite…)

Religieuses « Bibendum » pour Grandgousier et Gargantua !

religieuse © cocineraloca.fr

Je me suis bien amusée à faire ces religieuses à quatre étages, que n’auraient pas renié les deux héros de François Rabelais. Elle n’ont pas tout à fait le « fini » des pâtisseries 4 étoiles : mon fondant était un peu trop chaud, et je n’avais pas fait assez de crème mousseline pour la décoration. Mais ça n’est pas bien grave, l’idée était rigolote et c’était un coup d’essai.
J’ai fait 4 parfums différents : chocolat, pistache, caramel et fleur d’oranger.
Si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure, je vous conseille de ne faire qu’un seul parfum pour la crème, ça fait nettement moins de boulot. Et aussi, lisez attentivement la recette et les conseils de confection à la fin, mine de rien, il faut un peu de technique pour bien réussir l’assemblage.
Attention c’est long à faire : si vous pouvez, préparez la crème pâtissière la veille ainsi que la crème mousseline.

(suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.<br> En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.<br><br> Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer