Préparer des olives maison à Paris, c’est possible !

A mes moments perdus, je jardine dans un jardin partagé du 20ème arrondissement. Non seulement c’est un vrai luxe que de pouvoir plonger les mains dans la terre à Paris, mais en plus, on ramène même de petites récoltes à la maison.
L’année dernière, pour la première fois en 4 ans, l’olivier du jardin a donné. Nous avons récolté un petit kilo d’olives en octobre, de quoi préparer 3-4 bocaux pour l’apéritif. Qui m’aurait dit qu’un jour je pratiquerais la récolte des olives au nord de la Loire?
Je me suis chargée de la préparation, et je remercie au passage Lugar do Olhar Feliz qui non seulement m’enchante par la poésie qui se dégage de son blog, mais avec qui je partage le goût des olives à l’huile. Le dosage de la saumure provient de là-bas.

Je vous montre aujourd’hui le rapport d’étape, les olives en saumure, prêtes à la consommation, et juste avant de les mettre à l’huile. Comme nous n’avons qu’un seul olivier, j’ai récolté toutes les olives le même jour, quel que soit leur stade de maturité. Je les a ensuite séparées en 3 : les olives vertes, les violettes et les noires. (suite…)

Salade de haricots blancs aux tomates confites, roquette et feta

Une recette de salade aux accents du Sud, qui peut faire un plat complet les jours où il fait trop chaud dans la cuisine pour allumer les fourneaux, et qui se prépare en deux temps trois mouvements.

Edit du 16 août 2011 : j’ai eu la mauvaise surprise de voir cette recette accompagnée des photos reprises sur deux autres blogs sous forme de méchants copiés/collés, sans mention d’auteur. Et évidemment aucun moyen de contacter les propriétaires desdits blogs pour protester… Je ne ferai pas l’honneur à mes voleurs de vous indiquer où ils stockent leur larcin, mais je tiens à préciser que oui, c’est bien moi l’auteur et de la recette et des photos. Parce que même si faire une salade, ça ne demande pas une super inventivité, la réaliser, la photographier et rédiger un article, c’est du boulot. (suite…)

Mozzarella di bufala farcie aux tomates séchées, anchois et origan

mozzarella farci ©cocineraloca.fr

A force de manger des salades de tomate avec de la mozzarella dedans, j’ai eu envie de mettre les tomates dans la mozzarella, histoire de m’amuser un peu. La recette est archi simple, et l’aspect visuel me fait vaguement penser à un Pacman qui aurait fait une indigestion !

Ingrédients pour 1 personne
1 boule de mozzarella di bufala de 125g
3-4 tomates séchées à l’huile d’olive
2 anchois à l’huile
3 ou 4 olives niçoises
1 branche d’origan frais (ou une pincée d’origan séché)
Poivre

Réalisation
Fendre la mozzarella sur le dessus, sans couper complètement, pour obtenir un chapeau qui se referme. A l’aide d’une petite cuillère, évider l’intérieur de la mozzarella, sans la transpercer. Garder les morceaux extraits de l’intérieur pour un autre usage : pizza, salade etc.
Émietter l’origan. Couper les anchois en deux ou trois morceaux, faire de même avec les tomates séchées si elles sont très grandes. Disposer les tomates, l’origan, les anchois et les olives à l’intérieur de la mozzarella. Utiliser l’huile des tomates pour assaisonner, et poivrer. Normalement, il n’y a pas besoin de saler, tous les ingrédients contenant déjà du sel. Refermer le chapeau, décorer avec un peu d’origan, et hop ! dans l’assiette.
A déguster sans attendre, la mozzarella durcit quand on la laisse traîner à l’air libre.

Ici, une recette de tomates séchées maison

Prenez de la mozzarella au lait de bufflone (bufala en italien), c’est nettement meilleur.

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer