Chemmeen Ularthiyathu : masala de crevettes à la noix de coco et au Kokum

J’imagine que vous vous demandez ce qu’est le Kokum ? Appelé aussi Kokam et « Black Tamarind » au Kerala, il s’agit d’un fruit séché, au goût acidulé, qui est employé là-bas pour parfumer les plats à base de poisson ou de crustacés.
J’en ai rapporté dans mes bagages, mais j’imagine que ça ne se trouve pas à tous les coins de rue en France. Le goût rappelle le tamarin, donc on peut utiliser du tamarin à la place, disponible frais ou en pâte dans n’importe quelle épicerie asiatique, mais aussi dans les Monoprix, au rayon fruits exotiques.

Je suis toujours d’humeur « retour des Indes » et j’ai cuisiné ce plat pour des invités vendredi dernier. (suite…)

Cuisine indienne du Kerala : Kallappam (crêpes à la farine de riz et noix de coco)

Kallappam : crêpes à la farine de riz et noix de coco

Voici ma première recette estampillée « retour d’Inde du Sud« , les autres suivront incessamment sous peu.
J’ai aussi prévu de vous faire un petit compte-rendu de mon séjour en images, mais je suis un peu en retard pour trier et traiter mes photos, il vous faudra patienter encore un peu pour rêver en images.

Dans le Kerala, les parathas, appam et autres pains plats sont une composante essentielle du repas et servent à accompagner un plat salé en sauce « gravy », « stew » ou autre, qu’on mange avec les doigts de la main droite. (suite…)

Moules à la noix de coco, gingembre et coriandre à la façon d’Apolina

Il n’y a pas que la cuisine dans la vie, y’a la danse tahitienne aussi ! Et aussi, moins sympa, une vilaine trachéite qui me fatigue et me laisse sans voix, ce qui veut dire que dans les 2 semaines qui viennent, les recettes se feront rares sur mon blog.
Pas d’innovation donc cette semaine, mais je vous propose tout droit sorti de mes archives, une recette qui vient du blog d’Apolina et que j’avais testé avec des moules à la place des coques. Ça change des moules marinières et les ingrédients se trouvent plutôt facilement. J’avais juste zappé le curcuma parce que je n’en avais plus sous la main, et c’était très bien comme ça!
J’ai légèrement réécrit sa recette et ajusté les quantités de moules pour en faire un plat unique.

Le vrai plus de cette recette, c’est la noix de coco fraîche râpée.  Sans râpe à coco, j’avais passé mes morceaux de pulpe au mixeur pour plus de facilité. A remplacer par de la noix de coco râpée surgelée (en superette asiatique) mais si vous n’avez que de la noix de coco sèche en sachet, par pitié humectez-là avec un peu d’eau chaude et laisser gonfler quelques minutes avant de vous lancer à l’action…

 

Pour 4 personnes
Ingrédients
2 litres de moules grattées et nettoyées
1 cuiller à soupe d’huile
1/2 cuillers à café de graines de cumin
1 gros oignon, haché
2 gousses d’ail, hachées
2 cm de gingembre frais, râpé
1 cuiller à café de curcuma en poudre (facultatif)
1/2 cuiller à café de piment d’Espelette
1 cuiller à café de coriandre en poudre
1 petite botte de coriandre, ciselée
4 cuillers à soupe de noix de coco, fraîche, râpée

Réalisation
Dans une casserole, cuire à couvert, pendant 3 à 5 minutes les moules à sec, à feu très vif, en remuant la casserole régulièrement pour ouvrir tous les coquillages. Réserver hors du feu, mais toujours couvert, le temps de préparer la suite :
Faire chauffer l’huile dans une sauteuse et y ajouter les graines de cumin à éclater, puis y faire revenir l’oignon, l’ail et le gingembre.
Ajouter ensuite le curcuma, le piment, la coriandre en poudre et les feuilles de coriandre ciselées, la noix de coco et les coques avec leur eau de cuisson. Bien mélanger et servir tout de suite

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer