Douillons ou bourdelots aux poires

douillons ou bourdelots au poires ©cocineraloca.fr

Aujourd’hui, pas de crêpes ou de galettes chez moi pour la Chandeleur, mais une recette bien normande, les douillons ou bourdelots aux poires. C’est un dessert fermier qu’on fait aussi bien aux pommes qu’aux poires et que Guy de Maupassant a immortalisé dans une nouvelle célèbre « Le vieux ». Depuis le 19e siècle, la recette a évolué et on utilise maintenant de la pâte feuilletée, avant, on faisait plutôt une pâte brisée sucrée pour faire les bourdelots.

Si vous cherchez sur Internet, vous verrez que d’aucuns disent que le douillon c’est le mot utilisé pour les poires et bourdelot, pour les pommes. Que nenni : le mot « douillon » est employé en Haute-Normandie, tandis que les » bourdelots » ou même « bourdots » sont les termes usités en Basse-Normandie. Bref, c’est une question de patois, qui n’est pas tout à fait le même dans les deux régions. Chez, moi, en Basse-Normandie, ce sont donc des bourdelots. Nous avons aussi des bourdins, qui sont une espèce de tarte aux pommes, mais c’est une autre histoire… (suite…)

Teurgoule made in Normandie

teurgoule1 © cocineraloca.fr

Après la blanquette à la normande, voici la teurgoule, notre riz au lait local. Cuite longuement à four très doux, elle cache sous sa croûte une couche épaisse et crèmeuse qui rappelle la confiture de lait, en nettement moins sucré, et tout au fond, un riz moelleux parfumé à la cannelle.
Ce dessert peut être la meilleure comme la pire des choses : bourratif et sec si on ne respecte pas les proportions et la température de cuisson : vous voilà prévenus ! La teurgoule fait aussi partie des plats « moches mais bons » : la photo du plat entamé n’est pas là pour vous faire peur, mais pour vous donner une idée de ce qui se cache sous la croûte ! 🙂
On préparait la Teurgoule pour les grandes occasions, et donc en grande quantités. Le plat à Teurgoule est un grand saladier de grès aux bords évasés, munie d’un bec verseur qui servait à l’origine à récupérer la crème du lait, qui remontait à la surface naturellement. La troisième photo de ce billet est là pour vous montrer ce que c’est. A défaut, utiliser un grand saladier en faïence ou en terre cuite, qui passe au four. (suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer