Petits babas aux fraises et au rhum (et à la vanille aussi)

D’accord, ça n’est pas encore la saison des fraises, sauf celles en plastique espagnoles, mais je suis tombée en arrêt devant un magnifique Baba dans le dernier Thuriès magazine qui m’a donné envie d’en faire un. J’aime bien ce gâteau, qui me rappelle la ville de Naples où on en trouve quasiment partout, et où les gourmands les dégustent souvent dans la rue…

J’ai adapté la recette en question, qu’il s’agisse de la présentation et des proportions. La photo du magazine montre un long, magnifique baba à présenter à la coupe, garni de fruits rouges, j’ai préféré faire des babas individuels, parce qu’on peut congeler les gâteaux avant de les imbiber et les servir à la demande, pour une invitation improvisée. Le sirop peut aussi se préparer à l’avance, et se garde un bon mois au frigo, conservé dans une bouteille bien fermée.
Je prépare toujours mes pâtes levées la veille pour le lendemain, pour avoir une meilleure levée et plus de moelleux, donc si vous le pouvez, faites de même.
En ce qui concerne les proportions, la recette donnait pour base 500g de farine, pour un baba de  4 personnes, et en divisant les quantités par deux, j’ai obtenu 10 babas individuels.

La recette originale est de Richard Bourlon (La Mammounia, Marrakech), et voici donc ma version
Si vous n’avez jamais fait de baba, lisez bien mes notes à la fin de la recette avant de commencer.

(suite…)

Biscuit aux amandes et pêches blanches pochées à la verveine

Comme promis, le gâteau réalisé pour mes invités de dimanche dernier. Il est constitué de deux plaques d’appareil à macaron, de crème chantilly et de pêches blanches pochées à la verveine.

Je l’ai improvisé à partir des pêches pochées : j’avais préparé celles-ci pour un autre invité, et elles étaient initialement accompagnées de glace vanille, de tuiles aux amandes et d’un peu du sirop de cuisson des pêches. Nous avions bien mangé, bien parlé, nous n’avions plus très faim et sur les 4 pêches préparées, nous n’en n’avons mangé qu’une seule à nous deux. Donc, les pêches restantes sont devenues la base de ce nouveau dessert.

Les pêches se conservent facilement 1 semaine au frigo dans leur sirop de cuisson, et le biscuit macaron peut se préparer entre 1 et 2 jours à l’avance. En revanche, il faut faire la chantilly le jour même et idéalement, monter le gâteau avant de passer à table, parce que les pêches vont rendre du jus et détremper le gâteau.
C’est ce qu’il m’est arrivé, mais cela n’a pas empêché mes invités de trouver le gâteau beau et bon. Il suffit simplement d’égoutter un peu le plat de service avant de l’apporter à table.

Normalement, l’appareil à macaron est chi… à faire, parce qu’il faut mixer ensemble et tamiser le sucre glace et la poudre d’amandes, pour obtenir de belles coques bien lisses. Ici, le biscuit est recouvert de pêches et de crème, donc pas besoin de se prendre la tête. (suite…)

Un classique inusable : le Saint Honoré

St-Honoré rectangulaire ©cocineraloca.fr

Je voudrais commencer ce billet en remerciant ma cousine Nine, grâce à qui j’ai pu réaliser un vieux rêve : préparer un Saint-Honoré pour ma famille, pour le repas de Noël. Sans son aide, je n’aurai jamais pu préparer 4 gâteaux pour 37 personnes, merci Nine !

Réalisé à l’origine avec une crème Chiboust, le Saint-Honoré se trouve maintenant beaucoup plus couramment garni de crème Chantilly, essentiellement pour des raisons de règlementation sanitaire. La petite histoire raconte qu’il s’agit d’une création d’un pâtissier nommé Chiboust, qui officiait rue Saint-Honoré à Paris au 19ème siècle. Je ne sais pas si c’est vrai, mais l’histoire est jolie.

En tout cas, j’adore le contraste entre la pâte à choux, le moelleux de la Chantilly, et le croquant du caramel. Comme la plupart des chefs-d’œuvre de la pâtisserie française, ce gâteau doit être absolument frais du jour, et préparer à partir d’œufs, de beurre et de crème d’excellente qualité.

Je vous présente donc ma version, qui cache une couche de crème pâtissière à la vanille sous les volutes de la Chantilly. Je tiens cette recette d’un de mes anciens chefs pâtissiers, qui avait travaillé chez Dalloyau.

Ce n’est pas un gâteau techniquement difficile, mais il nécessite une fraîcheur absolue, et doit être mangé le jour de sa fabrication.
Comme il y a pas mal d’étapes de réalisation, il vaut mieux préparer la crème pâtissière et la pâte à foncer la veille et les conserver au frais jusqu’au dernier moment, histoire de ne pas se laisser déborder par le temps. (suite…)

Un dessert fait avec les fraises des bois du jardin de ma mère

fraises des bois 01 ©cocineraloca.fr

Je suis revenue de chez elle avec une petite barquette de fraises des bois, que j’ai transformées en dessert un tantinet régressif. Une base de meringue, de la chantilly à la vanille, et les fraises des bois piquées dedans, pour un mélange de texture et de saveurs : croquant et moelleux, sucré et acidulé.
A faire avec des framboises si vous n’avez pas de fraises des bois sous la main. (suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer