Bouillon d'étrilles au rhum, tomate et lait de coco ©cocineraloca.fr

Je suis faible. Après une semaine harassante, quand je suis rentrée vendredi soir, je n’avais qu’une envie, m’affaler sur le canapé.
C’était sans compter un passage devant l’étal du poissonnier, qui proposait des étrilles, certainement mon crabe préféré.
J’ai hésité un peu, parce que comme c’est petit, c’est casse-pied à décortiquer. Et puis, bon, finalement, je suis repartie avec une petite dizaine d’étrilles.
J’ai fouillé un peu le blog de Patrick à la recherche d’une recette de soupe, et finalement, je n’en ai fait qu’à ma tête, surtout parce que j’avais quelques petits trucs à cuisiner avant qu’ils ne périment.

étrilles ©cocineraloca.fr

Sinon, un petit détail : ne m’appelez pas Cruella. Qu’on les ébouillante, qu’on les fende en deux ou qu’on les fasse sauter, quoiqu’il arrive, on zigouille les crabes. L’important est de travailler vite et bien pour les expédier ad patres le plus vite possible et éviter de les faire souffrir longtemps.
Donc faites comme vous voulez pour tuer les petites bêtes, mais oubliez ce truc stupide de les mettre au congélateur pour les « endormir », vous ne feriez que prolonger l’agonie des étrilles plus que de raison.

Ingrédients
600g d’étrilles environ
1 petite boite de tomates pelées (400g)
1 oignon
1 carotte
1 petite patate douce
2 cives  lavées et émincées (oignon vert)
2 gousses d’ail
1 morceau de gingembre d’environ 3cm
2 feuilles de  4 épices
120 ml de rhum blanc
100ml de lait de coco
1 litre d’eau chaude  environ
Huile d’olive
Sel, poivre
Quartiers de citron vert pour servir.

Réalisation
Mettre un peu d’huile dans un faitout, faire chauffer à feu vif, ajouter les étrilles. Cuire environ 2 min à couvert en remuant régulièrement le récipient (sinon le fond risque d’attacher).Verser dans un saladier et laisser légèrement refroidir.
Pendant ce temps éplucher et laver  tous les légumes, l’ail et le gingembre. Émincer l’oignon, couper la carotte en rondelles. Hacher l’ail et le gingembre.
Couper les étrilles en deux à l’aide d’un grand couteau.
Remettre un peu d’huile dans le faitout,  chauffer  à feu moyen et y faire revenir l’oignon, la carotte, l’ail et le gingembre, sans faire dorer.
Ajouter les étrilles fendues en deux et continuer à faire revenir  deux à trois minute. Ajouter le verre de rhum, porter à ébullition.
Verser le contenu de la boîte de tomates, y compris le jus. Ajouter l’eau chaude, la feuille de quatre épices, saler et poivrer.
Couvrir à demi et  laisser cuire environ 45 minutes à feu doux/moyen.  Si nécessaire, ajouter un peu d’eau en cours de cuisson.
Passer à l’aide d’un chinois, en pressant avec un pilon pour exprimer les sucs des étrilles et des légumes.
Remettre le bouillon dans une casserole.
Peler et laver la patate douce, la couper en petits dés. Ajouter les dés de patate douce dans la casserole et mettre à cuire à feu vif 10 à 12 minutes. Arrêter la cuisson quand la patate douce est cuite.
Incorporer le lait de coco.
Verser dans des bols ou des assiettes creuses, ajouter les cives émincées et servir bien chaud. Accompagner de quartiers de citron vert

Si vous avez le courage, vous pouvez récupérer la chair des étrilles pendant la cuisson des patates douces et les ajouter dans le bouillon au moment de servir.
Pour ma part, je me suis contentée de décortiquer les coffres de 5 ou 6 étrilles et j’ai laissé tomber pour les pattes.

C’est Létitia qui m’a rapporté des feuilles de quatre-épices de Nouvelle-Calédonie. Si vous n’en avez pas, remplacez-les par une cuiller à café de mélange quatre-épices du commerce.

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer