Aïoli au lait (sans œufs)

Aïoli au lait - sans oeufs ©cocineraloca.fr

Cet été, à l’occasion d’un séjour en Espagne, j’ai appris que dans certaines régions du pays, on fait de l’aïoli sans œufs, mais avec du lait. Non seulement c’est pratique si on n’a plus d’œufs ou qu’on y est allergique, mais en plus, cela donne une belle blancheur à l’aïoli.

J’ai fouiné sur le web pour trouver une recette et j’ai essayé celle-ci (en espagnol). Non seulement elle est super facile, mais en plus, elle est parfaite : j’ai obtenu un aïoli très stable, et bien équilibré en terme de saveurs.
Le seul hic, c’est qu’il faut un blender pour le faire. Je ne crois pas qu’on puisse monter ce type d’aïoli à la main. (suite…)

Faire des yaourts sans yaourtière

Yaourts sans yaourtière Yaourts sans yaourtière ©cocineraloca.fr

Aujourd’hui, je ne vous propose pas une recette, mais la méthode pour faire des yaourts sans yaourtière. Pourquoi ? Parce que quelqu’un a posé la question récemment sur un groupe Facebook et surtout parce qu’il y a des tas d’endroits où les yaourts sont rares et chers (et souvent pas très bons) et que quand on vit dans ce genre de lieu, c’est pratique et économique de faire ses yaourts soi-même. Et c’est encore plus économique quand on sait qu’on n’a pas besoin de yaourtière.

Je dédie cet article à toutes les personnes qui vivent en zone tropicale, et qui sont en manque de yaourts, j’espère que cette méthode vous rendra service. Et si vous vivez en zone tempérée, c’est pratique aussi de savoir faire des yaourts version système D. (suite…)

La rhubarbe, c’est vert ou c’est rose ? [Comment faire pour avoir de la rhubarbe bien rose]

pavlova fraises et rhubarbe ©cocineraloca.fr

Il y a quelque temps sur Facebook, nous avons eu une discussion entre blogueuses à propos des recettes anglo-saxonnes de rhubarbe : sur toutes les photos, leur rhubarbe est rose, alors qu’en France, notre rhubarbe à nous est verte. Les anglais et les américains cultiveraient-ils une variété de rhubarbe inconnue sous nos cieux, qui serait d’un rose bien net ? Que nenni ! Je suis allée récemment à Londres, et de passage sur un marché, je peux vous certifier que leur rhubarbe est bien la même que la nôtre. (suite…)

Faire une chantilly avec du lait de coco (sans lactose)

chantilly au lait de coco ©cocineraloca.fr

J’ai ouvert hier soir une boîte de lait de coco qui était très dense et je me suis demandé si on pouvait monter le lait de coco en crème chantilly comme avec de la crème liquide.

Une de mes amis est devenue intolérante au lactose après une maladie, et elle m’a confié un jour qu’elle rêvait de pouvoir remanger un jour de la crème chantilly. C’est en pensant à elle que j’ai voulu tenter l’aventure pour voir ce que ça donnait.

Après essai, la réponse est : « oui, ça marche ! » Je vous donne donc la méthode à suivre si vous voulez agrémenter vos desserts d’un nuage parfumé à la noix de coco ou si vous avez besoin d’employer un substitut à la crème de lait

J’ai publié plusieurs photos pour bien vous montrer la texture obtenue. (suite…)

Teindre des œufs avec des couleurs naturelles : spécial Pâques, la suite !

Ici des œufs blancs teints avec des colorants végétaux

Ici des œufs blancs teints avec des colorants végétaux

Amis lecteurs, après l’exercice de haute voltige de la semaine dernière, voici cette semaine quelque chose de beaucoup plus simple : si vous voulez aller vous faire cuire un œuf, c’est le moment !
En plus de les cuire, vous pourrez leur donner de belles couleurs, de quoi faire un joli centre de table pour les fêtes de Pâques.

Je vous propose donc de teindre des œufs avec des colorants alimentaires naturels, avec des ingrédients qu’on trouve relativement facilement : des pelures d’oignon, du curcuma et de la tisane d’hibiscus. (suite…)

Faire un levain « maison », le rafraîchir, l’utiliser, le conserver

levain actif ©cocineraloca.fr

J’ai monté un levain il n’y a quelques semaines et au moment où je l’ai fait, j’ai eu une conversation sur Twitter avec une personne qui avait des problèmes pour créer le sien.

Je lui ai proposé de faire un topo  pour lui donner tous mes petits trucs pour qu’elle réussisse à faire le sien essentiellement parce que ça fait 9 ans que je fais des levains et que je commence à avoir de l’expérience.

Ce billet est un peu long, parce que j’ai rassemblé à la fois la méthode, des conseils et des réponses à des idées reçues sur le levain.

Je vous conseille de tout lire avant de vous lancer, mais pour résumer, faire un levain c’est facile, à condition d’avoir du gluten (dans la farine), de la chaleur et de l’humidité. Et ensuite, il faut laisser le temps au temps pour le voir naître et se développer. (suite…)

Cake réussi à la confiture ratée

Cake réussi à la confiture ratée  ©cocineraloca.fr

Je ne suis pas très en forme en ce moment et ma cuisine s’en ressent : j’ai splendidement raté une gelée de citron, qui s’est révélée amère et trop cuite. Bref, vraiment pas bonne à manger telle quelle.

Comme j’en avais fait trois pots et que je n’aime pas jeter, je me suis creusée la tête pour la recycler et ça a donné ce cake, qui lui est très bon ! C’est un gâteau de goûter, idéal pour l’hiver un peu moche que nous avons en ce moment, quand on a envie de rester au chaud. Après cuisson, le gâteau est très moelleux. Il se conserve plusieurs jours à température ambiante, bien enveloppé dans un sac congélation.

Mes collègues ont adoré et comme il me reste encore 2 pots à liquider, j’ai été priée de le refaire rapidement. (suite…)

Devoir de vacances, à faire soi-même : des piques-olives avec de jolis coquillages dessus

Pour une fois, pas de recette chez la cocinera loca, mais de quoi briller devant vos invités pendant l’apéro. Et oui, non seulement vous aurez fait les trucs à grignoter, mais les piques-olive aussi !

C’est très facile à faire, et pour peu que vous ayez pensé à ramasser de petits coquillages au bord de la plage, cela ne vous coutera pas très cher à réaliser.
Donc si vous êtes en vacances, c’est le moment de faire votre petite récolte en prévision d’un atelier « travail manuel » à votre retour.
Si vous pouvez, lavez vos coquillages à l’eau de vaisselle, rincez-les et séchez-les à l’avance, vous gagnerez du temps au moment du  montage.

J’avais repéré des piques de ce modèle dans une boutique à côté de chez moi, mais ahem, j’ai tiqué sur le prix : 6 € le sachet de 30 piques, pour un truc à usage unique, il ne faut pas exagérer.
Comme j’avais un sachet de coquillages à la maison et de la super glue, je me suis dit que je pouvais le faire moi-même.
Bien m’en a pris, je n’ai même pas mis 10 minutes à faire mes petites piques. (suite…)

Ahima’a en kit : faire un four tahitien dans une marmite !

L’ahima’a en français dans le texte, c’est la méthode traditionnelle tahitienne pour cuire les aliments, et ce n’est pas à la portée du premier venu.

En effet, faire un authentique ahima’a implique de pouvoir cuisiner en plein air, de faire un trou dans le sol, d’y faire brûler du bois sur lequel on fait chauffer à blanc des pierres volcaniques , puis de disposer les aliments à cuire sur les pierres, de recouvrir le tout de feuilles de bananiers, puis de sacs de jute, puis de terre et d’attendre plusieurs heures avant de pouvoir déguster les aliments. Ceux-ci auront pris au cours de la cuisson un délicieux goût fumé.
Bref, c‘est faisable en Polynésie et encore pas vraiment en milieu urbain, mais nettement plus dur en région parisienne….

Si vous avez lu mon dernier billet, vous savez que j’ai reconstitué un four tahitien dans une marmite lors d’une bringue à la maison. Nous avons testé une méthode proposée par un site maori , pour faire un hangi. J’étais tombée là-dessus il y a quelques mois et je m’étais promis d’essayer, voilà qui est fait. Je confirme ce que dit l’auteur : ça marche ! (suite…)

Sauce à l’amour en cage et mot d’absence

Je dois m’absenter pour une grosse semaine, et je ne pense pas avoir l’occasion de passer sur mon blog pendant ce temps. Je vous demande donc de m’excuser si vos commentaires ou mails restent sans réponse, je m’en occuperai dès mon retour, merci d’avance 🙂

Avant de partir, je vous propose cette petite sauce que j’ai concoctée pour ne pas perdre mes physalis (amour en cage) : j’en avais utilisé 1 pour la décoration d’un gâteau et je n’avais pas envie de manger les autres tels quels. Pensez-y si comme moi, vous n’en avez utilisé que 1 ou 2 pour une recette et que le reste du paquet vous regarde en souriant. (suite…)

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer