Il y a quelque temps, 750g m’a demandé si je voulais bien parler des épices Ethic Valley parce que derrière la vente en ligne d’épices de qualité, il y avait une belle histoire humaine, qui prend ses racines à Madagascar.

Comme je suis curieuse et que je pense que la meilleure manière d’aider son prochain, c’est de rémunérer son travail à sa juste valeur, j’ai accepté.

J’ai donc reçu il y a quelques semaines un petit colis plein de trésors : de la vanille de Madagascar, du combava en poudre, du curcuma, du poivre rouge Voa stipiperifery et parce qu’Ethic Valley est aussi engagé au Liban, du zaatar et du sumac cultivés là-bas. Le tout conditionné en tubes de verre, dans un carton couvert de tampons invitant au voyage.
Si vous voulez faire un cadeau à un amateur d’épices, vous pouvez y aller les yeux fermés

J’étais comme une gamine devant ses cadeaux de Noël, je n’ai pas pu m’empêcher d’ouvrir tous les tubes, même si malheureusement, je n’ai pas encore eu le temps de tout tester.

J’ai quand même eu le temps de  réaliser deux recettes, l’une pour tester le poivre rouge qui m’intriguait, l’autre pour faire un repas vite fait, avec du sumac. En ce qui concerne les autres épices, vous pouvez aller voir d’autres recettes déjà publiées sur mon blog pour vous donner des idées, comme mon mahi-mahi à la vanille ou cette tarte hawaiienne qui contient du combava.

Avant de publier la recette « vite fait » à savoir des œufs au sumac, je vous propose aujourd’hui celle du steak au poivre.
Je n’avais jamais entendu parler du poivre rouge Voa stipiperifery et pour tester, j’ai choisi un grand classique de la cuisine française plein de poivre, le steak au poivre !
C’était une super idée : le poivre Voa stipiperifery s’est révélé très parfumé et aromatique sans être brûlant, je vous le recommande, c’est vraiment un poivre qui change de l’ordinaire et qui devrait ravir ceux qui n’aiment pas le « piquant ».

 

Ingrédients pour 4 personnes
4 steaks (rumsteck pour moi)
20g de poivre rouge Voa stipiperifery
20g de beurre
1 cuiller à soupe d’huile
Pour la sauce :
4cl de cognac
10cl de vin blanc
40 cl de fond de veau (acheté surgelé pour moi)
10cl de crème épaisse
20g de beurre

Réalisation
Concasser grossièrement le poivre à l’aide d’un pilon, ou avec le fond d’une casserole. Huiler très légèrement la viande à l’aide d’un pinceau et faire adhérer le poivre concassé sur chaque côté des steaks, en appuyant bien avec la main. L’huile permet une bonne adhérence du poivre.
Faire chauffer l’huile et le beurre dans une poêle et y faire cuire les steaks à votre convenance : bleu, saignant, à point, etc. Une fois cuits, les saler de chaque côté, envelopper dans du papier d’aluminium et réserver au chaud le temps de préparer la sauce
Monter la sauce : jeter le gras de cuisson de la poêle et la remettre sur le feu, sans la nettoyer. Y flamber le cognac, la hotte éteinte pour éviter les incendies. Quand le feu est éteint, déglacer avec le vin blanc. Laisser réduire puis ajouter le fond de veau. Laisser réduire à nouveau puis ajouter la crème et faire épaissir en remuant à la spatule. Saler  et ajouter le beurre à la sauce pour la faire briller. Bien mélanger et napper les steaks avec la sauce.
Servir immédiatement avec des pommes de terre.

Pour maintenir la viande au chaud, je la garde bien enveloppée dans l’alu au milieu des plaques de cuisson, la chaleur ambiante permet de les conserver à bonne température sans recuire

Source : Cuisine de référence  de Michel Maincent, éditions BPI

J’ai emprunté à ma copine Pascale quelques photos de Madagascar pour vous mettre un peu dans l’esprit du pays.

Produits offerts

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer