pain de méteil © cocineraloca.fr

A l’occasion de la journée mondiale du pain, voici ma petite contribution à la huche à pain de Zorra . Je voulais écrire un texte sur le pain et mon identité de française  mais je n’ai pas eu le temps, malheureusement. Pour vous donner une idée des liens entre les français et leur pain, savez-vous qu’à Paris les congés des boulangers sont règlementés par la préfecture pour que les parisiens puissent acheter leur baguette tous les jours ?
3rd World Bread Day hosted by 1x umruehren bitte aka kochtopf
Je vous propose donc à la place cette recette que j’avais dans mes tiroirs. Le pain de méteil n’est ni plus ni moins qu’un pain composé pour moitié de farine de seigle et pour moitié de farine de blé. Le blé et le seigle sont les deux seules céréales panifiables.
L’épautre est une variété de blé, genre triticum en latin ce n’est pas une autre variété de céréale, contrairement au seigle. Le seigle est du genre secale, en latin toujours.

A l’origine, le pain de blé était réservé aux classes aisées, les plus pauvres achetaient ce qu’ils pouvaient, souvent du pain à base uniquement de seigle, beaucoup moins cher et le méteil constituait un compromis de goût et de prix pour ceux qui pouvaient se l’offrir.
Aujourd’hui, ironie de l’histoire, la farine de seigle coûte cher, beaucoup plus cher que la farine de blé, et si on aime le goût du seigle, faire un pain de meteil constitue à nouveau une petite économie !

Ingrédients pour un pain :
150 g de farine de seigle
150 g de farine de blé
6 g de sel
15 g de levure de boulangerie fraîche
180 g d’eau

Réalisation :
Pétrissage et levée en machine à pain (MAP): mettre tous les ingrédients dans la cuve de la MAP en suivant les instructions du fabriquant et utiliser le programme « pâte à pizza » ou « pâte à pain ». Après la levée, rabattre le pain sur le plan de travail et suivre les instructions ci-dessous
A la main :
Délayer la levure dans 2 cuillerées à soupe d’eau prélevées sur les 180g. Laisser reposer 10 min à température ambiante, pour activer la levure. Celle-ci est prête quand des bulles se forment à la surface. Mélanger les deux farines et le sel dans un saladier ou directement sur le plan de travail. Creuser une fontaine au milieu, y verser la levure délayée et le reste d’eau, incorporer à la farine et mélanger pour former une pâte. Quand celle-ci se rassemble en boule, pétrir environ 10 min sur le plan de travail. Fariner le pâton et le déposer dans un saladier, couvrir d’un torchon et laisser lever à température ambiante jusqu’à ce qu’il double de volume. Suivant la température de la pièce compter 1h30 à 2h. Ensuite, rabattre la pâte sur le plan de travail à l’aide de la paume de la main pour chasser l’air. Façonner en un pain long ou rond, couture sur le dessous, poser sur la plaque de cuisson, couvrir d’un torchon et laisser lever à nouveau jusqu’à ce que le pâton double de volume (compter environ 30 min dans une pièce chaude).
Poser la lèchefrite à l’étage inférieur du four et préchauffer ce dernier au maximum : 275°C pour moi, 300°C si votre four le permet. Préparer environ 12 cl d’eau froide.
Inciser le dessus du pain à l’aide d’un couteau pointu, d’une incisette ou d’un cutter. Enfourner le pain au milieu du four, verser l’eau froide sur la lèchefrite et refermer immédiatement la porte du four. Le dégagement de vapeur produit par l’eau sur la lèchefrite brûlante rendra la croûte dorée et croustillante. Baisser la température à 220°C au bout de 10 min et cuire au total pour environ 25 min, jusqu’à ce que le pain soit joliment doré. Laisser refroidir sur une grille.

Bonne journée du pain !

%d blogueurs aiment cette page :

En visitant La Cocinera loca, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par La Cocinera loca sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre expérience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
En poursuivant votre navigation vous acceptez leur utilisation. Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de la Cocinera loca, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer